Close

Des cartes durables pour remplacer un catalogue papier

Créée en 2018, Negotium est une entreprise basée à Angers qui propose ses services auprès des Comités Sociaux et Economiques (CSE). Son but : offrir aux salariés des avantages et remises auprès de commerces locaux, notamment en leur donnant accès à un réseau de partenaires issus du tissu économique local (prêt-à-porter, loisirs, restauration, billetterie culturelle…).

Initialement, la liste des commerces partenaires et leurs différentes offres commerciales étaient regroupées dans un support papier appelé « Le carnet des bonnes adresses ». Aujourd’hui, la start-up angevine commercialise « La carte des bonnes adresses », un support carte plastique mieux adapté à son besoin. Retour sur ce projet.

 

 

Trouver une alternative au support papier, plus souple d’utilisation et plus durable.

 

Pour diffuser la liste des 200 commerces appartenant au réseau et leurs offres promotionnelles, Negotium utilisait « Le carnet des bonnes adresses ». Ce support imprimé remis aux salariés bénéficiaires remplissait sa fonction d’information mais ne permettait pas une mise à jour facile et rapide des données. Cela représentait donc un impact écologique évident (lié à la nécessité de réimprimer le document régulièrement) et ne permettait pas de communiquer facilement une information qui soit à jour et accessible instantanément.

Quelle solution permettrait alors d’allier souplesse de mise à jour et durabilité ? Comment garantir l’accès à la liste des partenaires à jour en temps réel ? Et ce en limitant l’impact écologique ?

 

 

Carte PVC avec QR code : un support « phygital » astucieux.


C’est ainsi qu’est née « La carte des bonnes adresses ». 

Il s’agit d’un support physique bien réel format « carte de crédit » remis aux salariés et qui fait le lien avec une partie digitale, grâce à son QR code placé au verso. Ce QR code renvoie directement vers une page web qui reprend l’ensemble des offres partenaires : le contenu est donc facilement accessible et tout aussi simple à mettre à jour par Negotium.

Pour permettre l’impression facile et à la demande de ces cartes, c’est l’imprimante Primacy qui a été choisie. En tant qu’acteur local lui-même, Negotium a naturellement fait le choix d’une entreprise angevine pour son projet : « Evolis est un acteur local qui agit au niveau international et qui est reconnu pour la qualité de ses produits et ses services » explique Bilal Rhoulben, fondateur de Negotium.

 

 

La réponse aux besoins d’aujourd’hui. Et de demain.

 

Aussi bien dans son utilisation quotidienne que dans une vision plus long terme, la solution mise en place répond concrètement aux différents besoins évoqués :

  • Limiter l’impact écologique : Negotium n’a plus besoin d’imprimer « Le carnet des bonnes adresses ». Les salariés accèdent directement aux informations que le carnet contenait, simplement en scannant le QR code présent sur leur « Carte des bonnes adresses ».
  • Adopter un support durable : alors qu’auparavant le carnet pouvait très vite devenir obsolète et devait être réimprimé régulièrement (envoyant automatiquement à la poubelle la version précédente), le QR code restera toujours le même. Et rend ainsi la carte tout aussi pérenne.
  • Offrir souplesse et facilité d’impression : les cartes sont imprimées directement dans les locaux de Negotium, grâce à l’imprimante Primacy, à la demande et de façon instantanée. « L’imprimante est très simple d’utilisation et ne nécessite aucune formation spécifique » précise Bilal Rhoublen.
  • Personnaliser le design des cartes : graphisme, logo, QR code, pictos réseaux sociaux… l’ensemble du design se crée facilement depuis le logiciel inclus.
  • Faciliter l’utilisation pour les clients : le format « carte de crédit » est très pratique. Les salariés bénéficiaires peuvent facilement glisser leur « Carte des bonnes adresses » dans leur portefeuille par exemple (contrairement au carnet), ce qui leur permet de toujours l’avoir à portée de main pendant leur shopping.

 

A ce jour, Negotium a déjà imprimé et remis 1 000 « cartes des bonnes adresses ».

 

 

 

 

Pour aller plus loin :

 

 

Partager cette étude de cas :