Close

A propos d'Evolis

Remplissez ce formulaire  pour vous inscrire et recevoir régulièrement des informations financières à propos d'Evolis.

Relations investisseurs

Entretien avec Emmanuel Picot, Président et Christian Lefort, Directeur Général

Evolis - E. Picot, Chairman and C.LEfort, Chief executive officer
Evolis - Emmanuel Picot, Président et Christian Lefort, Directeur Général

 

 

 


Quel est le bilan de l’année 2017 ?

Emmanuel Picot : Le bilan 2017 est globalement très positif. Nous avons transformé  la société comme jamais afin qu’elle devienne un groupe plus intégré, plus international. Dans ce but nous avons mené une refonte organisationnelle sur plusieurs zones, en particulier en Amérique et en lnde, mais aussi au siège. L’un des faits marquants est le changement de gouvernance avec la nomination de Christian Lefort en tant que directeur général du groupe. En même temps, nous n’avons jamais lancé autant de produits que durant ces deux dernières années. Cela a mobilisé beaucoup de ressources chez Evolis, mais c’était un travail important pour notre groupe. Etant donnée la forte mobilisation des efforts envers les aspects organisationnels, le bilan commercial de l’année est plus mitigé. Durant cette année 2017, notre performance a été en retrait sur les zones en structuration. Ce retrait a pesé sur la performance globale du groupe. Pour autant, la certitude que l’ensemble de que nous avons réalisé, organisé, transformé  est de nature à donner au groupe des perspectives plus que positives pour les années à venir.

 

Quel est votre retour d’expérience après un an à la direction générale d’Evolis ?

Christian Lefort : J’ai pris beaucoup de plaisir à faire connaissance avec les équipes. Au-delà du plaisir de découvrir le Groupe, j’ai constaté chez Evolis un attachement culturel très fort à l’entreprise, un esprit d’entreprise très présent, une grande réactivité, une capacité à prendre des risques pour aller de l’avant. Ma première année aura été concentrée sur la mise en route de transformations en profondeur qui renforceront la dimension mondiale d’Evolis, pour en faire un groupe totalement intégré.  Nous devons maintenant capitaliser sur ces investissements pour nous développer davantage.

 

En 2017, vous avez ouvert le capital à vos salariés avec un programme d’actionnariat ? Quel bilan en faites-vous ?

Emmanuel Picot : Depuis notre introduction en bourse, c’est la deuxième fois que nous proposions des actions à nos salariés. En 2017, 77 % des collaborateurs ont souscrit à ce plan. Pour nous, c’est un vrai succès et un gage de reconnaissance de la part des équipes et de leur adhésion à la fois à leur travail et au groupe Evolis. Cela nous montre une fois de plus qu’ils se sentent investis.

 

Est-ce que la structuration est arrivée à son terme ?

Emmanuel Picot : Nous pouvons considérer que les transformations lancées sont terminées à 95%, il reste à ce jour un certain nombre d’ajustements à faire. Nous sommes un groupe qui continue à évoluer. Les transformations que nous avons réalisées ne sont pas pour autant un point final. Notre volonté de progresser va nous amener cette année et dans les années à venir à continuer nos efforts de structurations.

 

Comment abordez-vous la tendance à la dématérialisation des cartes ?

Christian Lefort : La dématérialisation a clairement un impact sur nos marchés traditionnels tels que les cartes de fidélité, les cartes cadeaux, les badges d’employés….même si sur la plupart de ces marchés la carte plastique reste un « backup » par rapport à une application digitale. Concernant les marchés gouvernementaux et bancaires, plus d’un 1 milliard de personnes n’ont toujours pas de document d’identité officiel. La population non-bancarisée s’élève à près de 2 milliards dans le monde, et la démocratisation de la carte de paiement est un objectif important pour les états qui souhaitent limiter l’utilisation du cash dans leur économie. De ce fait, nous considérons qu’il reste un potentiel intéressant pour la carte plastique, notamment sur ces deux marchés. Mais chez Evolis nous ne nous arrêtons pas là.  Nous continuons d’étendre les champs d’application de la carte plastique à de nouveaux domaines. Notre objectif est de passer de l’identification des personnes à l’identification des biens pour trouver de nouvelles perspectives, ce que nous avons fait avec notre nouvelle solution d’étiquetage de prix. Enfin, au sein des marchés gouvernementaux, bancaires, sécuritaires, on voit émerger une nouvelle typologie d’application : l’émission des cartes en libre-service, ce qui représente un marché à fort potentiel notamment en Asie. Nous sommes bien positionnés pour répondre aux demandes de nos différents marchés avec tous les produits dédiés que nous avons lancés depuis 2016.

 

Quels sont vos axes stratégiques à trois ans ?

Emmanuel Picot : Nous abordons l’année 2018 avec un nouveau dynamisme, bien que nous pensons que nos résultats peuvent être impactés par des taux de change dollar/euro plus défavorables que les deux dernières années. Notre stratégie commerciale à trois ans capitalisera sur ces deux années de structuration et de lancements produits. Les axes majoritaires seront l’activité Projets avec un focus sur le marché bancaire, notamment sur les zones Amérique, Moyen Orient et Afrique. Concernant les projets gouvernementaux, nous sommes bien engagés sur les zones Chine, Inde, LATAM avec des lancements de produits en 2016 qui portent leurs fruits. En outre, Evolis a entamé une mue structurelle qui va transformer la société d’une identité 100% fabricant d’imprimantes en un fournisseur de solutions d’identification. La partie logicielle prend de plus en plus d’importance pour le groupe ; l’imprimante ne sera plus le seul centre de l’action commerciale d’Evolis. Forts de cette nouvelle orientation Solutions, nous continuons à ouvrir de nouveaux réseaux de distribution, qu’ils soient positionnés sur l’entrée, le milieu ou le haut de gamme. Notre stratégie de diversification est donc portée à la fois produits, solutions, marchés, canaux de distribution, pour nous permettre d’atteindre notre objectif de 100 millions d’euros à horizon 2020.

 

Nous avons transformé la société comme jamais afin qu’elle devienne un groupe plus intégré, plus international. Notre objectif est de passer de l’identification des personnes à l’identification des biens pour trouver de nouvelles perspectives. Emmanuel Picot, Président.